Marcos Serrano

This page is not available in English.

Né à Madrid, vit et travaille à Paris. Docteur en Interaction Homme-Machine et designer d’interaction, Marcos Serrano s’intéresse depuis longtemps à la frontière entre science, art et design.

Après une formation en informatique à l’Université Polytechnique de Madrid (UPM) et à l’Ecole Nationale Supérieure d’Informatique de Grenoble (ENSIMAG), Marcos s’oriente vers l’interaction homme-machine, domaine pluridisciplinaire qui lui permet de porter un autre regard sur le monde numérique. Il intègre alors l’équipe de recherche IIHM du Laboratoire d’Informatique de Grenoble, où il réalise son doctorat et participe à divers projets de recherche. Entre autres, Marcos est responsable d’un groupe de travail (workpackage) au sein du projet de recherche européen OpenInterface, dédié à l’interaction multimodale.

Ses travaux de thèse en Interaction Homme-Machine portent sur les méthodes conceptuelles et logicielles pour prototyper des interfaces multimodales, des interfaces mettant en jeu plusieurs modalités d’interaction, telles que la parole, le geste ou le toucher. Il intègre en 2008 le programme DRii du Cycle supérieur de recherche et création de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (EnsadLab) afin de poursuivre ses recherches sur la conception de dispositifs interactifs.

Recherches

Mon travail au sein du Cycle de recherche, création et innovation de l’Ensad, explore l’interactivité non pas comme un langage entre l’homme et la machine, mais comme un moyen de communication. Dans ce sens, je m’intéresse tout particulièrement à la relation entre le créateur de l’œuvre interactive et le spectateur. L’interactivité, en tant que vecteur de communication d’intention entre créateur et destinataires, définit un nouveau type de communication. L’interaction devient alors un moyen de s’associer, coopérer, partager mais aussi de contrôler, manipuler, diriger.

Alors que le créateur tente d’anticiper les actions du spectateur, celui-ci a toujours la possibilité de se réapproprier et détourner l’oeuvre. Mon travail explore l’interactivité à travers ces notions liées de prévisibilité et intentionnalité.

Mes recherches au sein de l’équipe d’ingénierie de l’interaction homme-machine s’intéressent également à cette chaîne d’intentions. L’enjeu ici consiste à identifier la façon dont les créateurs pensent et produisent l’interactivité. En particulier, ma recherche porte sur la conception et le développement d’interfaces qui intègrent différentes modalités d’interaction. Une modalité d’interaction représente un moyen de communication, dans le sens perceptuel (voix, geste, parole, etc..) ou logiciel (micro, souris, caméra, clavier..). Ma recherche vise à fournir des modèles et mécanismes aux créateurs pour concevoir et réaliser cette interaction multimodale.