English | français


 
 
 

Expérimentations et modélisations de dispositifs interactifs et performatifs en art et en design


Contenu et Objectifs

La notion de “dispositif” prend de plus en plus d’importance dans la création contemporaine, en art comme en design. À la confluence de problématiques artistiques, technologiques et sociétales, les dispositifs comportent nécessairement une dimension opératoire, effective ou potentielle. Celle-ci est d’autant plus concrète qu’il s’agit de dispositifs interactifs voire performatifs, qui se forment en transformant la réalité dans laquelle ils prennent place et à laquelle ils prennent part. Les travaux de ce programme de recherche d’EnsadLab portent sur les modalités de mise en œuvre de la relation opératoire de ces créations avec leur contexte et, en particulier, avec leur(s) public(s). Impliqués dans les développements technologiques les plus prospectifs, outre l’informatique et l’électronique, nos travaux intègrent notamment la vidéo, le son, le texte, la lumière, la robotique et les matériaux. La création d’environnements, d’objets, de contenus et de programmes nous amène à inventer et à modéliser des interfaces spécifiques et signifiantes permettant de donner lieu à des situations interactives et performatives pertinentes dans le cadre de questions sociétales d’actualité et d’avenir. Ainsi, articulant expérience esthétique, expérience pratique (opératoire) et expérience critique, notre approche nous conduit-elle à travailler, en particulier, à la mise en public (“publications”) de problématiques de recherches pluridisciplinaires en partenariat avec des laboratoires (publics et privés) de sciences humaines et sociales comme de sciences dures.

 

Méthodologie et modes de valorisation et de publication

Les dispositifs artistiques ne peuvent s’abstraire de leurs conditions sociotechniques, au contraire, ils les mettent en œuvre quand ils ne les mettent pas, aussi, à l’épreuve. Associant étroitement “Recherche et Création”, les chercheurs de ce programme investissent des dispositifs prospectifs impliquant des problématiques artistiques, sociétales et technologiques. Ils questionnent, expérimentent, et développent, par la pratique, des modes de représentation et d’action contemporains et en devenir, en premier lieu, ceux liés aux technologies interactives de l’information et de la communication. Le rapport à ces technologies ne peut être ni soumis ni condescendant ; loin d’être des outils fermés, à utiliser, il s’agit bien de dispositifs, à opérer.
Le travail collectif d’expérimentation et d’étude de ces dispositifs porte sur leurs écritures, agencements et technicités, autant que sur les situations qu’ils suscitent et leur impact sociétal. Cette démarche collective rejoint certaines méthodes de la recherche académique : état de l’art, analyse, positionnement, objectif, verrou, hypothèse de résolution, usage, … selon une dynamique récursive et itérative plutôt que linéaire. Ces différentes étapes sont toujours mises à l’épreuve des faits par le biais d’expérimentations et de mises en œuvres singulières, individuelles comme collectives. Assumant un dialogue permanent entre ces deux approches - génériques et spécifiques, collectives et singulières, déductives et inductives – les membres de ce programme articulent au plus près méthodologie de recherche et projet de création, “Recherche et Création” : “R&C”.
Les créations ainsi produites sont élaborées selon des dispositifs et des problématiques génériques, pouvant être facilement partagés, théorisés, transférés. Afin de rendre compte et de valoriser ces activités de recherche, nous nous attachons à les rendre publiques de plusieurs façons : expositions, démonstrations, communications dans des colloques et conférences, édition de textes et d’images, posters, workshops. Dès lors que nos travaux nous conduisent à développer de nouvelles formes d’instrumentation (logicielle comme matérielle), nous envisageons d’en assurer le transfert, que celui-ci soit public (licence libre) ou industriel (brevet, etc.). Nous considérons l’ensemble de ces modes de rendus publics comme des publications, dans la mesure où publier consiste bien, avant tout, à rendre public.